Vue extérieure
Mairie de Cléry
Ajouter aux favoris
Site et monument historiques

Église romane Saint Jean-Baptiste

Description

Prieuré roman bâti par des chanoines réguliers de Saint-Augustin au XII° s. L'église présente un autel roman sculpté complet.
Des chapiteaux romans et des retables baroques (XVIII°) constituent l'essentiel du décor.
Église classée Monument Historique.

L’essor démographique s’accélère brusquement après 1040, nécessitant la construction d’une église capable d’accueillir des fidèles plus nombreux. Cléry doit sans doute beaucoup à l’archevêque Pierre Ier de Tarentaise et à la réforme de l’église, lan-cée par l’ordre de Cluny, pousse les prélats aux initiatives. Le prélat finit par faire appel, dans la première moitié du XIIème siècle à la fois aux moines (les cister-ciens à Tamié par exemple) et aux chanoines réguliers de Saint Augustin.

Les chanoines réguliers de Saint Augustin
Ceux-ci organisent de nombreux prieurés pour donner une haute valeur spiri-tuelle aux cérémonies et pour assurer un enseignement de qualité (équivalent au secondaire et à la base du supérieur de nos jours)La création du prieuré SaintJean Baptiste de Cléry a donc dû se situer à cette époque et le premier prieur pourrait être Utbold de Cléry, person-nage suffisamment important pour être cité comme témoin dans la charte de création de l’abbaye de Tamié en 1132.La création de ce prieuré s’explique également par la position géographique de Clery, en zone de confins et de rivalites territoriales et politiques.L’archevêque de Tarentaise tient a marquer son autorité à l’extremité de son diocèse, sur une zone longtemps disputée avec l’évêque de Grenoble. Le comte de Savoie Amédée III (1103-1148) entend surveiller le proche col de Tamie d’où pourrait surgir une menace de son voisin, le comte de Genève, Aussi a-t-il dû donner son accord. Mais si elle fut mise par écrit, la preuve a fini en fumée dans les nombreuses destructions d’archives à Moutiers en 1793.

La construction des chanoines
Bien que la date exacte nous échappe, on suppose que la construction d’une nouvelle église, d’un cloitre, sinon de dépendances, fut l’affaire des années 1130 -1140 soit en plein deuxième âge roman savoyard. On éleva un clocher aiguille qui devait assez ressembler à celui de l’église romane de l’abbaye de Tamié et l’église elle-même, longue de 25 m, était concue pour accueillir environ 400 fidèles suivant les offices debout selon l’usage d’alors. La modestie du chœur par rapport à la nef suggère bien que la priorité est donnée à l’accueil de ces fidèles.
Le prieuré offrait aux chanoines le moyen de remplir leur mission spirituelle et scolaire qui s’étendait aussi aux paroisses voisines, Tournon, Verrens, Plancherine, Gemilly. Il est possible qu’une fortification ait déjà existé sous la forme d’une forte palissade de bois.La seconde moitié du XIIème siècle voit l’essor du prieuré.Bientôt une chapelle Saint Jacques de Tarentaise est ajoutée côté nord en pseudo absidiole, en mémoire du fondateur du diocèse. L’archevêque Pierre II de Tarentaise (1142-1174), canonisé plus tard sous le nom de Saint Pierre de Tarentaise, se montre très favorable aux chanoines réguliers et il tient à souligner dans son testament de 1170 que Cléry relève directement de l’archevêque de Tarentaise et non du chapitre cathédral.C’est alors que l’église reçoit un superbe maître autel roman en marbre gris vert : la coiffure de la dona-trice suggère en effet une datation qui ne peut être antérieure à la fin du XIIème siècle.

Le départ des chanoines
De grands changements interviennent dans la seconde moitié du XIIIème siècle. Vers 1263 l’archevêque décide le transfert des chanoines à Moûtiers, chef-lieu de son diocèse, pour les remplacer probablement par un ou deux de ses chapelains. Habituel en pareil cas, le prétexte invoqué est celui de la baisse de qualité des chanoines, mais les vraies raisons sont ailleurs à n’en pas douter. Les prieurés des chanoines disposaient en effet de ressources insuffisantes par rapport à leurs missions. Surtout l’archevêque manifeste une politique plus autoritaire.Le secteur de l’actuelle Albertville représentait une zone de friction entre archevêque et comte de Savoie, notamment le secteur de Cléry où tous deux tenaient des droits. Se considérant comme menacé par la progression comtale et désireux d’asseoir son autorité temporelle, le prélat fait bâtir en basse Tarentaise le château de la Bâthie autour duquel il réorganise une châtellenie. Il rattache Cléry à cette nouvelle châtellenie archiépiscopale pour les hommes et les biens dépendant de lui.

La fortification archiépiscopale
C’est également le temps de la création d’une enceinte fortifiée, en bonne partie en pierre, et aussi de la construction d’une maison
forte face à l’église, même si la première mention écrite connue dans les comptes des trésoriers généraux ne date que de 1334.
Ces travaux obéissaient à une double nécessité : toujours affirmer une présence à l’extrémité occidentale du diocèse mais aussi
contribuer à faire face à une éventuelle menace ennemie. En 1234 le comte de Genève avait en effet déclenché contre la Savoie un
conflit qui allait être séculaire. Puis la tension,
créée vers 1268 par la succession du Faucigny entre Savoie et Dauphine, déboucha en 1282 sur la guerre de Septante ans entre les
deux principautés et sur une alliance officielle entre comte de Geneve et dauphin de Viennois.
L’apogée Pour cléry, la dernière phase notable du Moyen Age, est une phase d’embellissements qui semblent devoir être attribués à
l’archevêque Edouard de Savoie (1385-1395). On attribue à ce prélat la construction de la chapelle Notre-Dame disposée en pseudobras
de transept sud, le réamenagement d’une nouvelle porte du cloître côte nord et la décoration des bâtiments du cloitre et de la
maison forte.
Des traces de décor sculpté ont été retrouvées dans des édifices plus récents jusqu’à un rayon d’environ 4km autour de l’église. Si le
reste de l’action archiépiscopale nous échappe, on peut supposer une notable relance matérielle et spirituelle du pays après le temps
des grandes pestes essentiellement de 1349 à 1375, favorisée ici par la présence fréquente d’Edouard de Savoie. Un chapiteau du
cloître rappelle son souvenir en le nommant dans la langue du pays, le franco-provencal, une originalité extrèmement insolite qui provient
sans doute de ses bienfaits. Sans doute est-ce pour Cléry le temps de son apogée au Moyen Age. C’est ensuite, dans la première
moitié duXVème siecle, l’apogée de la Savoie médiévale tout entiere, illustré par l’érection de la principaute en duché en 1416.

DÉSASTRES ET RESTAURATION
CATASTROPHE ET LENTE RESTAURATION (XVIIe - 1ERE MOITIÉ DU XVIIIe)

La ruine
Le déclin qui suit durant un large XVIe siècle tient d’abord à la défaillance des archevêques depuis le milieu du XVe siècle et le
prieuré se trouve désormais réduit à une simple église paroissiale.
Puis les ravages français dus au « bon roi » Henri IV lors de l’invasion de la Savoie en 1600 provoquent des destructions considérables : le cloître est anéanti ainsi que ses dépendances, la maison forte en grande partie démolie, l’église pillée et saccagée.
Ainsi ne subsistent que le gros oeuvre de l’église et quelques pans de mur de la maison forte. Les habitants récupèrent des matériaux
jusqu’au rocher même et une partie finit dans les raffours (fours à chaux). L’appauvrissement du pays est alors dramatique, ce qui
explique la lenteur du redressement.

Les mesures d’urgence
La restauration va s’échelonner sur la période XVIIème- lère moitié du XVIIIème. On pare d’abord au plus pressé. Comme il n’est
plus possible de continuer les inhumations dans le cloître anéanti, un nouveau cimetière est établi autour de l’église en montant un
grand mur avec les matériaux de démolition et en bourrant de terre tout l’espace.
Le voûtement de la nef de l’église est refait ainsi peut-être que le clocher, et un presbytère -école est élevé à partir des ruines de
l’ancienne maison forte. Puis une relative prospérité lentement retrouvée permet d’autres projets dans l’ambiance du temps.

Le temps du baroque
La réforme catholique, lancée en Savoie par saint François de Sales, et la vogue de l’art baroque dans l’ensemble de l’arc alpin incitent
alors aux innovations. En 1749, pour établir la continuité avec un nouveau et imposant retable baroque, le maître autel roman, jusque
là placé au milieu du choeur, est reculé au fond de l’abside.
Il est écrit dans les archives paroissiales qu’«il a été transporté tout d’une pièce par l’adresse et invention d’un nommé Joseph Champlaine
de Samoëns très habile maître ». Les maçons de Samoëns étaient en effet réputés les plus habiles de toute la Savoie.
Il a fallu aussi abaisser le sol du choeur de deux pieds, soit environ 60 cm, et murer la verrière centrale au risque d’assombrir le
sanctuaire. Une nouvelle décoration remplace les probables peintures murales du Moyen Âge : selon certains, le plus intéressant des
tableaux, celui représentant l’agonie du Christ au mont des Oliviers, pourrait être une copie d’une oeuvre de Charles Le Brun, le célèbre
peintre attaché au roi Louis XIV.
On peut songer aussi au rétablissement des vitraux et à d’autres oeuvres parmi ce qui n’est pas encore daté dans l’église. Pour toutes
ces réalisations les habitants du pays avaient consenti de grands sacrifices financiers.

NOUVELLE CATASTROPHE ET LENTE RESTAURATION (FIN XVIIIe -1870)
Pillage et saccages
Tout se trouve remis en question par les saccages des troupes révolutionnaires françaises qui entrent en Savoie en septembre 1792.
Dès 1793 le grand clocher- aiguille de l’église de Cléry est abattu, les vitraux sont détruits ainsi sans doute que les sculptures du
tympan. Le mobilier, les vases sacrés, les chasubles et les bannières de confréries disparaissent, à l’exception de ce que les paroissiens
ont réussi à cacher.
C’est donc dans des conditions extrêmement précaires et sur des lieux à l’abandon que le culte catholique est rétabli et que
l’enseignement peut reprendre lorsque l’église profanée est « réconciliée » en 1796. On ignore si le Premier Empire a apporté des
mesures d’amélioration, du moins la frénésie antichrétienne était-elle retombée.

Une considérable restauration
Avec le retour de l’autorité de la Maison de Savoie en 1815, s’ouvre une phase importante de restauration et de construction
d’églises, le plus souvent en style néo-classique.
Dès 1819 un nouveau clocher à clocheton de type XVIIIe siècle est établi, précédant une remise en état générale du bâtiment et un
rétablissement du mobilier.
Des travaux notables sont aussi entrepris dans le presbytère-école, d’autant plus que le vif essor démographique exige la présence
de vicaires autour du curé.
Après le plébiscite de 1860 par lequel la Savoie devient française, le complément est apporté par le Second Empire avec toute une
phase d’embellissements.
A partir de 1864 le curé fait installer de très belles statues et il fait aussi placer les vitraux actuels réalisés grâce à la générosité
des habitants. Le vitrail placé au-dessus de la grande porte d’entrée est un « don des enfants de Cléry résidant à Paris ».
Ce fut une ère remarquable pour la paroisse avec l’organisation de nombreuses processions attestées par une croix tréflée de saint
Maurice et par une croix aux fleurs de lys, emblème savoyard de Notre-Dame jadis porté par la confrérie du Rosaire. Une série de
missions permit la plantation de nombreuses croix le long des routes selon un usage qui survécut plusieurs décennies.

LES CONTRASTES DU XXe SIÈCLE
Pour la commune comme pour l’église le XXe siècle se révèle le temps des grands contrastes. Cléry connaît le déclin démographique
commun à beaucoup de petites communes rurales. Il faut attendre les dernières années du siècle pour voir s’inverser radicalement le
mouvement. La tendance est maintenant à la rénovation de maisons anciennes et surtout à la construction de maisons nouvelles.

Encore un déclin
La situation de l’église a évolué de même. Après la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 et des restaurations notables réalisées
dans les années 1930-37, le dernier curé résident a quitté la commune en 1939 et la négligence ecclésiastique fut désormais de règle.
L’absence totale d’entretien du presbytère qui servit encore quelques décennies pour les salles de catéchisme aboutit à un tel délabrement
que le diocèse vendit le bâtiment à un particulier.
Bien que classée monument historique depuis 1930, l’église ne fut pas épargnée avec entre autres une véritable voie d’eau dans la
chapelle Notre Dame, des vols dans une construction laissée ouverte, l’invasion des ronces dans le cimetière abandonné pour un nouveau
site avant la seconde guerre mondiale. Vers 1985 l’état des lieux était devenu pitoyable.

Encore un redressement
Comme pour la commune, le redressement est récent. L’église est en voie de restauration complète. Le bâtiment lui-même a été restauré dans les années 1986-90 à l’exception du clocher qui a dû attendre 2005.
En effet, consciente des responsabilités liées aux nouvelles lois de décentralisation et très attachée à un monument emblématique, la municipalité a su entreprendre les démarches indispensables à la restauration et accepté de consentir un lourd effort financier.
L’effort se poursuit désormais au gré des moyens rassemblés. Par ailleurs l’église a été enrichie du don d’un très original et remarquable orgue en bois, grâce à la générosité de quelques amis suisses de Bienne et de la Chaux de Fonds. L’instrument a été mis en service dans l’été 2005.
Au nord de l’église une grande surface herbeuse a été aménagée à l’emplacement du cloître roman dont il ne subsiste rien. Le plan en est inconnu, on ne peut que l’imaginer comme un espace carré de 20 à 22 mètres de côté, flanqué à l’opposé de l’église d’une maison des chanoines.

Les indices de l’ancien presbytère
Face à l’église et avec la même impression de massivité en usage jadis dans le monde alpin, l’ancien presbytère devenu maison particulière a lui aussi été restauré dans le dernier quart du XXe siècle.
Il se présente comme un quadrilatère d’environ 17 mètres de côté, avec un toit des Bauges en ardoises de Cevins à quatre pans légèrement relevés. Encastrée dans l’édifice du XVIIe siècle, on peut encore reconnaître la tour de l’ancienne maison forte de l’archevêque de Tarentaise ou du moins sa cave-magasin car l’étagement médiéval a presque disparu.
Compte tenu des usages du temps, cette tour a pu atteindre une hauteur de l’ordre de 15 m comme la partie en pierre du clocher, pour une section 6,60 m de côté et une épaisseur modeste de 0,80 m.
Comme beaucoup de communes savoyardes, Cléry est un pays de semi-bocage où le chef-lieu est loin de grouper l’essentiel de la population,
répartie dans une série de « villages » ou gros hameaux.
La forte pente au-dessous de l’église et de récentes acquisitions foncières ont permis de garantir les différents axes de vue. La beauté du site a pu être conservée et Cléry fait maintenant partie du Parc naturel régional des Bauges.

Source : Mairie de Cléry

Tarifs

Accès libre.

Infos complémentaires
  • Services : Non visitable
  • Langues parlées : Français
  • Animaux acceptés : Non
Mes favoris
Télécharger la fiche des favoris

Vous n‘avez pas encore ajouté de fiche à vos favoris.